Jouer

Règles du Brag

Jeu de cartes d’origine anglaise, le Brag, en français « fanfaron », semble être une variante du jeu espagnol « Primero ». Le jeu était assurément bien connu en Angleterre à la fin du XVIIIe siècle et on y jouait probablement bien avant. Le Brag a très probablement contribué à la naissance du Poker. La forme décrite ici est le Brag à trois cartes. C'est la version la plus ancienne et la plus populaire de nos jours.

But du jeu

Les joueurs tentent de remporter la cagnotte en ayant la main la plus forte ou en étant le dernier joueur à se retirer des paris.

Valeur des cartes

Le jeu de Brag se joue avec un paquet conventionnel de 52 cartes. La valeur des cartes dans leur couleur est la suivante : les As sont les cartes les plus fortes, suivis par les Rois, les Dames, les Valets, les 10, les 9, les 8, les 7, les 6, les 5, les 4, les 3 et les 2 (qui sont les cartes les plus faibles).

L'As peut aussi se classer comme la carte la plus faible dans le but de faire des séquences.

Valeur des mains

Prial : « Prial » est une abréviation de « paire royale ». Une main « prial » est une main dont les trois cartes sont de même rang. La main priai de plus haut rang est une main de 3, suivie d'une main d'As et d'une main de Rois, de Dames, de Valets, de 10, de 9, de 8, de 7, de 6, de 5, de 4 et de 2 (la plus faible).

Tierce : Séquence consécutive de trois cartes de la même couleur. Elle porte aussi le nom de suite «On a bike». La séquence comprenant un As, un 2 et un 3 est la séquence de plus haut rang, suivie par la séquence comprenant un Roi, une Dame et un Valet, et ainsi de suite jusqu'à la séquence comprenant un 2, un 3 et un 4.

Suite :  Séquence de trois cartes consécutives dans le rang de différentes couleurs. La suite comprenant un As, un 2 et un 3 est la plus forte, suivie par celle comprenant un As, un Roi et une Dame, et par celle comprenant un Roi, une Dame et un Valet, et ainsi de suite jusqu'à celle comprenant un 2, un 3 et un 4.

Floche : Combinaison de trois cartes de la même couleur qui ne sont pas de rangs consécutifs. Les floches se comparent entre elles en évaluant en premier lieu la carte la plus forte, ce qui permet de savoir quelle main est la plus forte. Les cartes du centre sont ensuite comparées et, enfin, la troisième carte si nécessaire.

Paire : Main qui comprend deux cartes de même rang et une troisième carte d'un autre rang. Les paires sont classées entre elles en comparant d'abord la valeur des paires, ce qui permet de déterminer la paire la plus forte. Pour les départager si elles sont égales, on compare le rang de la troisième carte.

Les mains sont classées dans l'ordre montré ci-dessus, les priais étant les mains les plus fortes et les paires, les plus faibles.

Préparation

Les joueurs doivent s'entendre sur les détails suivants avant que le jeu commence :

a) La mise initiale ou « ante » : il s'agit du montant que chaque joueur doit verser à la cagnotte avant chaque donne (on peut également choisir de ne rien miser au départ).

b) Les imites inférieures et supérieures des mises de départ : il s'agit du montant que le premier joueur doit verser à la cagnotte afin de rester dans la donne (par exemple, un minimum de deux jetons et un maximum de cinq jetons).

c) Les limites des mises : il s'agit du montant maximal que peuvent atteindre les mises des joueurs suivants (par exemple, six jetons).

Tous les joueurs doivent être au courant des modifications aux règles utilisées dans la session, tel que l'utilisation des cartes volantes (voir plus bas).

La donne et les paris

Le premier donneur est choisi au hasard ou par consentement mutuel. La donne passe par la suite au joueur suivant dans le sens des aiguilles d'une montre.

Les cartes sont mélangées par le donneur avant que la première donne soit distribuée. Les cartes ne sont normalement pas mélangées avant les donnes subséquentes dans la session. Avant chaque donne, tous les joueurs doivent placer leurs mises initiales dans la cagnotte, à moins qu'une première mise de zéro n'ait été déterminée avant le début de la session.

Tous les joueurs, donneur compris, reçoivent trois cartes, distribuées face cachée et une par une. Les joueurs peuvent regarder leurs cartes immédiatement ou choisir de jouer « à l'aveuglette ». Dans ce cas précis, ils ne peuvent examiner leurs cartes que plus tard dans la donne.

Les paris commencent par le joueur à la gauche du donneur et se poursuivent dans le sens des aiguilles d'une montre.

Le premier joueur peut passer ou miser n'importe quel montant dans les limites décidées plus tôt. Un joueur qui passe se défausse de ses cartes et ne prend plus part à la donne. Ses cartes doivent demeurer face cachée sur la table.

Si le premier joueur passe, le joueur suivant a les mêmes options qui se présentaient au premier joueur. Si tous les joueurs passent, le dernier joueur obtient automatiquement le contenu de la cagnotte.

Si le premier joueur passe, le joueur suivant peut aussi passer ou miser un montant égal ou supérieur à la mise du premier joueur. Chaque joueur suivant a l'option de passer ou de miser un montant égal ou supérieur à la dernière mise effectuée.

Les paris se poursuivent autour de la table jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que deux joueurs à n'avoir toujours pas passé. A ce moment, le joueur suivant a l'option de « voir » la main de son adversaire. (Le jeu peut aussi se poursuivre s'il n'exerce pas cette option). Pour voir la main d'un adversaire, un joueur doit placer deux fois le montant de la dernière mise dans la cagnotte. L'adversaire doit alors retourner ses cartes face visible sur la table. Si la main de l'adversaire est d'un rang égal ou supérieur à celle du joueur qui a payé pour voir la main, c'est l'adversaire qui gagne la cagnotte. Le joueur qui a payé ne montre pas ses cartes. Si la main de l'adversaire est d'un rang inférieur, le joueur qui a payé pour voir expose ses cartes et gagne la cagnotte.

Les mains qui ne contiennent aucune combinaison sont classées selon les cartes individuelles qu'elles contiennent. Les cartes les plus fortes sont comparées en premier. Si elles sont de rang égal, les cartes suivantes les plus fortes sont comparées et si elles sont aussi de rang égal, les dernières cartes sont comparées. Il est possible que des mains soient égales en comparant les cartes avec cette méthode, et cela est aussi valable pour toutes les combinaisons.

Si le joueur suivant n'a pas exercé l'option de voir les cartes de son adversaire (lorsque seuls deux joueurs n'avaient pas encore passé), les paris se poursuivent jusqu'à ce qu'il ne reste qu'un seul joueur n'ayant pas passé, ou jusqu'à ce qu'un des deux joueurs paye pour voir la main de l'autre.

Exemple de paris dans un jeu à cinq joueurs

Tour
Joueur A
Joueur B
Joueur C
Joueur D
Joueur E
1
1
1
1
Passe
2
2
2
2
2
4
3
4
Passe
4
5
4
5
Passe
10
5
10
10
6
20 (pour voir)

1. Le joueur A ouvre avec une mise d'un jeton. Les joueurs B et C décident de rester dans le jeu et font la même mise. Le joueur D passe et ne prend plus part à la donne. Le joueur E élève la mise à deux jetons.

2. Pour rester dans le jeu, les joueurs doivent miser au moins deux jetons, puisque la dernière mise effectuée est de deux jetons. Les joueurs A, B et C augmentent tous leur mise à deux jetons. Le joueur E relève la mise à quatre jetons.

3. Les joueurs doivent maintenant miser au moins quatre jetons pour rester dans le jeu. Le joueur A mise quatre jetons, le joueur B passe et le joueur C mise aussi quatre jetons. Le joueur E relève sa mise à cinq jetons.

4. Les joueurs doivent maintenant parier au moins cinq jetons pour rester dans le jeu. Le joueur A mise 5 jetons, mais le joueur C passe. Le joueur E relève sa mise à 10 jetons.

5. II n'y a plus que les joueurs A et E dans le jeu. Le joueur A pourrait payer 20 jetons pour voir les cartes du joueur E, mais, il répond plutôt à sa mise de 10 jetons. Le joueur E mise 10 autres jetons. Il pourrait aussi payer 20 jetons pour voir la main du joueur A.

6. Le joueur A paie 20 jetons pour voir la main du joueur E. Fin des paris.

Jeu à l'aveuglette

Un joueur peut décider de jouer à l'aveuglette lorsque les cartes lui ont été distribuées et il ne peut donc les regarder. Un joueur qui joue à l'aveuglette participe aux paris de la même manière que les autres joueurs, mais ses paris sont considérés comme doublés. Cela signifie qu'un joueur jouant à l'aveuglette n'a qu'à miser la moitié du montant misé par le joueur précédent.

Un joueur jouant à l'aveuglette peut choisir de regarder ses cartes à tout moment, mais lorsqu'il le fait, ses mises cessent d'être considérées comme doublées.

S'il n'y a plus que deux joueurs n'ayant pas passé et qu'un des deux joue à l'aveuglette, l'option de voir la main d'un adversaire est soumise à des règles spéciales. Un joueur qui ne joue pas à l'aveuglette (qui joue « ouvert ») ne peut pas voir les cartes d'un joueur qui joue à l'aveuglette. Les seules options d'un joueur ouvert dans cette situation sont les suivantes : continuer à miser de la façon normale ou passer. Si les deux joueurs jouent à l'aveuglette, l'un ou l'autre des joueurs peut payer pour voir les cartes de l'autre en payant deux fois la mise minimale pour un joueur jouant à l'aveuglette. Ce serait donc la même mise minimale que celle d'un joueur ouvert dans la même situation. Un joueur jouant à l'aveuglette peut payer pour voir les cartes d'un adversaire ouvert en payant deux fois la mise minimale pour un joueur jouant à l'aveuglette.

Exemple de paris dans un jeu à cinq joueurs, dont deux joueurs jouant à l'aveuglette

Tour
Joueur A
(OUVERT)
Joueur B
(AVEUGLE)
Joueur C
(OUVERT)
Joueur D
(AVEUGLE)
Joueur E
(OUVERT)
1
2
1
2
1
2
2
2
1
4
2
Passe
3
4
4
8
Passe
4
Passe
4
8
5
8 (pour voir)

1. Le joueur A ouvre avec une mise de deux jetons. Le joueur B (jouant à l'aveuglette) doit miser un jeton pour rester dans le jeu (la moitié de la mise exigée pour un joueur ouvert). Le joueur C reste dans le jeu en faisant la mise requise de deux jetons. Le joueur D (à l'aveuglette) fait aussi la mise minimale, tout comme le joueur E.

2. Le joueur A fait la mise minimale, tout comme le joueur B. Le joueur C augmente sa mise à quatre jetons. L'offre minimale du joueur D est maintenant de deux jetons, ce qu'il fait. Le joueur E passe.

3. Le joueur A fait la mise minimale de quatre jetons. Le joueur B relève sa mise à quatre jetons. Les joueurs ouverts doivent maintenant miser huit jetons pour rester dans le jeu. Le joueur C fait la mise minimale de huit jetons. Le joueur D passe.

4. Le joueur A passe. Le joueur B a maintenant l'option de voir les cartes du joueur C, mais il décide de faire la mise minimale de quatre jetons. Le joueur C ne peut pas payer pour voir les cartes du joueur B parce qu'un joueur ouvert ne peut pas payer pour voir les cartes d'un joueur jouant à l'aveuglette. Le joueur C fait la mise minimale de huit jetons.

5. Le joueur B exerce son option de voir les cartes de son adversaire ouvert en payant huit jetons. Fin des paris.

Si tous les joueurs passent sauf un joueur jouant à l'aveuglette, le joueur jouant à l'aveuglette conserve sa main, et une deuxième main lui est distribuée de la façon habituelle dans la donne suivante. Ce joueur doit maintenant choisir s'il veut examiner sa main de la donne précédente, examiner la nouvelle main ou n'examiner aucune de ses deux mains. Il ne peut examiner les deux mains. Si le joueur décide de regarder une des deux mains, il peut décider de la garder et de se défausser de l'autre, auquel cas il ne joue plus à l'aveuglette, ou se défausser de cette main et garder l'autre. S'il se défausse de la main qu'il a regardée, il peut continuer à jouer à l'aveuglette avec l'autre main, ou la regarder et continuer à titre de joueur ouvert.

Si un joueur décide de ne pas regarder l'une ou l'autre de ses mains, il joue la donne suivante avec ses deux mains à l'aveuglette. Il peut choisir de regarder une de ses deux mains pendant le cours de la donne et choisir de jouer ouvert, ou il peut choisir de ne pas regarder ses mains et continuer à jouer à l'aveuglette. Un joueur qui gagne une donne dans laquelle il a joué avec deux mains à l'aveuglette doit se défausser de l'une des deux mains sans la regarder avant la donne suivante.

Toutes les cartes faisant partie de mains jouées à l'aveuglette sont ramassées sans être vues et placées sous le talon avant que la prochaine donne soit distribuée. Les cartes du gagnant sont aussi ramassées et placées sous le talon. Si la main du gagnant était une main aveugle, aucun joueur ne peut examiner les cartes. Si la main du gagnant était ouverte mais n'a pas été vue, aucun joueur ne peut examiner les cartes. Dans ces deux cas, les cartes ne sont pas mélangées avant la donne suivante. Si on a vu la main du gagnant, ou si on a vu la main du gagnant et la main de son dernier adversaire, on doit mélanger les cartes avant la donne suivante.

Conseils stratégiques

Puisqu'il n'est pas possible de changer de main, il n'y a rien que vous puissiez faire pour améliorer vos chances de détenir une main gagnante. De plus, puisque l'on voit rarement les cartes des adversaires, et encore seulement à la fin d'une phase de paris, vous n'avez pratiquement aucune information sur les cartes que vos adversaires pourraient détenir. Quelques auteurs soutiennent que le jeu de Brag et le Poker ne sont pas vraiment des jeux de cartes, mais des jeux de paris qui impliquent des cartes. C'est un fait, un joueur de Brag a bien peu de décisions stratégiques à prendre, et toutes les décisions sont liées aux paris.

Les décisions sur les paris peuvent être basées sur les probabilités qu'ont certaines mains d'apparaître dans une donne.

Liste approximative de probabilités

Prial de 3 : 1 sur 5525
N'importe quel prial : 1 sur 460
Tierce : 1 sur 460
Suite : 1 sur 31
Floche : 1 sur 20
Paire : 1 sur 6

Les joueurs qui parient ou jouent à l'aveuglette exclusivement selon les probabilités ne gagneront probablement pas à long terme contre des joueurs qui bluffent de temps en temps.

Variante : Brag à 4 cartes

Le Brag à quatre cartes est une variante du Brag avec un système de donne différent.

Donne et paris

Les joueurs se font distribuer quatre cartes chacun et doivent se défausser de l'une d'entre elles (selon leur choix) avant que la phase des paris commence. Les cartes défaussées sont conservées face cachée sur la table par les joueurs.

Les mains sont classées de la même manière que dans le jeu de Brag, sauf qu'en cas d'égalité entre deux mains, la carte défaussée est aussi examinée et le joueur avec les cartes de rang le plus haut remporte la victoire.

Jeu à l'aveuglette

Les joueurs qui jouent à l'aveuglette conservent leurs quatre cartes face cachée. Si un joueur regarde une main aveugle et décide de jouer ouvert, il doit se défausser d'une carte.

Variante : Brag à cinq cartes

Le Brag à cinq cartes est une variante du jeu de Brag avec un système de donne différent.

Les joueurs reçoivent cinq cartes chacun pendant la donne et se défaussent de deux d'entre elles avant que la phase des paris commence.

Les deux cartes défaussées sont utilisées pour départager des mains à égalité.

Variante : Cartes volantes

Le jeu de Brag, de même que le Brag à quatre cartes ou à cinq cartes, est parfois joué avec des cartes volantes. Les cartes volantes sont généralement davantage permises dans les jeux de Brag à quatre cartes ou à cinq cartes.

Une carte volante est une carte qui peut être utilisée pour remplacer toute autre carte. Si on décidait par exemple que les 2 étaient des cartes volantes, un joueur pourrait attribuer à un 2 dans son jeu une valeur faisant en sorte que sa main aurait un meilleur rang. Une main comprenant les cartes As de pique, As de cœur et 2 de cœur serait une paire de haut rang, mais si le 2 est une carte volante, il peut être désigné comme étant un autre As pour former un prial de haut rang.

Il n'y a aucune convention déterminant quelles cartes peuvent être des volantes, si les joueurs décident d'en permettre. Les choix les plus fréquents sont les suivants : tous les 2, les 2 noirs (pique et trèfle), tous les Valets, les Valets noirs, ou un Joker ou plus ajoutés au paquet de jeu.

Les cartes volantes servent habituellement à augmenter le rang d'une main. Une main avec une ou plusieurs cartes volantes sera toujours battue par une main de même rang sans carte volante. Une main contenant une carte volante battra une main de rang égal seulement si cette autre main contient plus de cartes volantes.