Règles de jeux de Cartes

La carte est reine dans le royaume des jeux, car c'est une source inépuisable de récréations. Vous trouverez dans cette section les règles d'un certain nombre de jeux de cartes, des plus intéressants et des plus répandus aux moins connus.

Jeux de cartes multijoueurs

Jeux de patience ou réussite

Contrairement aux jeux de cartes précédents qui intéressent deux ou plusieurs joueurs, les patiences s'adressent au joueur solitaire. Comme leur nom l'indique, elles demandent réflexion et... patience. Mais elles exigent aussi du joueur qu'il observe très strictement leurs règles.

Les jeux de cartes

Il existe d'innombrables règles de jeux de cartes. On en invente fréquemment de nouvelles, tandis que d'autres tombent dans l'oubli. Mais toutes les parties obéissent à des impératifs communs. Les cartes sont battues, coupées et données selon des normes précises.

Presque toutes les règles prévoient la désignation d'un «atout», c'est-à-dire d'une carte ou d'une couleur qui l'emporte sur les autres. Chaque carte est dotée d'une valeur particulière, qui lui donne l'avantage sur toutes celles qui sont d'une valeur inférieure. La partie se joue par «levées», ou «plis». Une levée est gagnée par le joueur abattant un atout ou la carte la plus valorisée. Le gagnant est généralement celui qui accumule le plus de levées, ou qui additionne le plus de points.

Un grand nombre de jeux, après avoir connu une vogue durable, sont maintenant tombés en désuétude comme le lansquenet, le reversi, la bouillotte ou encore le whist.

Les jeux de combinaison les plus courants, de nos jours, sont: la belote, la manille, le bridge, qui a été codifié en 1932, et est devenu véritablement international, la canasta, importée d'Amérique du Sud en Europe après la Seconde Guerre mondiale, et bien sûr le poker, jeu d'argent et de combinaison.

Parmi les autres jeux courants, on peut citer le tarot, l'écarté, le piquet, le rami, le nain jaune ou encore la banque. On connaît d'innombrables formes de réussites ou patiences. Leur principe consiste à placer les cartes dans un ordre propre à chaque règle. Elles exigent habituellement cinquante-deux cartes.

Trois catégories de jeux de cartes

On peut classer les jeux de cartes en trois catégories : les jeux de combinaison, les jeux de hasard et les réussites. L'intérêt des jeux de combinaison repose moins sur le seul hasard que sur la science des joueurs, habiles à tirer parti des cartes qui leur ont été distribuées.

Les jeux de hasard sont parfois également des jeux d'argent, prétextes à déplacements de sommes plus ou moins importantes. Leurs règles sont assez simples.

Les réussites, ou patiences, se jouent solitairement. Elles avaient, primitivement, un caractère divinatoire, c'est-à-dire qu'elles répondaient affirmativement ou négativement à une question formulée mentalement.

Les règles à travers l’histoire

En France, aux XVe et XVIe siècles, les jeux de cartes que l'on pratique sont pour la plupart de simples jeux de hasard permettant à tout un chacun de flamber en misant des sommes parfois considérables. Le principe des levées apparaît cependant rapidement, tandis que se multiplient les "jeux de pari sur la force d'une combinaison", à l'instar de notre poker actuel. Enfin, il n'existe pas trace de ce qui ressemblerait à un recueil de règles.

Les XVIIe et XVIIIe siècles voient l'affirmation ou la naissance des premiers jeux de réflexion, le piquet, l'hombre ou le whist, codifiés désormais dans des ouvrages imprimés, tels "La Maison Académique" ou son équivalent anglais "The Complete Gamester", tels, un peu plus tard, l'Académie Universelle des Jeux et l'Almanach des jeux. Parallèlement, un travail descriptif est mené dans l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert et dans l'Encyclopédie méthodique qui lui succède.

Mais, l'Ancien Régime n'en demeure pas moins l'héritier des jeux de pari. La séparation véritable entre jeux de "flambeurs" et jeux "bourgeois", voire "de famille", n'intervient réellement qu'au siècle suivant. Au XIXe siècle, les joueurs commencent à changer de visage, les mentalités évoluent. La noblesse déchue de ses privilèges, la bourgeoisie montante et les classes plus modestes de la société cherchent désormais dans cette activité plus une distraction familiale et amicale qu'un moyen de gagner de l'argent.

Le XXe siècle va conforter l'évolution amorcée au siècle précédent dans le domaine des jeux de réflexion. Le bridge, apparu en France en 1892, va ainsi se répandre et consacrer l'avènement de l'intelligence et de la stratégie au détriment du hasard.

Lexique des jeux de cartes

Lorsque l’on s’intéresse aux jeux de cartes, il n'est pas toujours facile de comprendre tous les termes techniques et les expressions liés à tous ces jeux. Voici donc un petit lexique des jeux de cartes.

Histoire des cartes à jouer

Les premières cartes à jouer seraient apparues en Occident à la fin du XIVème siècle. Probablement né en Chine, elles s'implantèrent en Europe à partir de Venise et remontèrent de là vers l'Allemagne et la France. Les Mongols, maîtres de toute l'Asie au XIIIème siècle, ont sans doute favorisé la diffusion du jeu, qui aurait ainsi été adopté par les Mamelouks en Égypte et au Proche-Orient. De là, par le commerce avec les Latins, les cartes auraient traversé la Méditerranée vers 1350-60: Venise et Barcelone paraissent en être les premiers ports d'entrée. Or on a conservé des cartes mameloukes (aujourd'hui au Musée Topkapi d'Istanbul) et nos archives font état du nouveau jeu dès 1370. Piques, carreaux, cœurs et trèfles n'existaient pas encore : les quatre couleurs originelles étaient celles restées populaires en Italie et en Espagne, coupes, épées, deniers, bâtons, des symboles sans doute venus d’Orient. De la Vénétie et de la Catalogne, les cartes à jouer se sont répandues par vagues successives dans le reste de l'Europe au cours du XV" siècle, touchant toutes les couches de la population.

Trois grandes familles de cartes apparaissent assez vite : les latines (coupes, épées, bâtons et deniers), les germaniques (cœurs, feuilles, glands et grelots) et les françaises (cœurs, piques, trèfles et carreaux). Les cartes primitives étaient assez proches du jeu de tarot, tel qu'on le connaît encore aujourd'hui. Comme lui, chaque jeu était composé de soixante-dix-huit cartes comprenant un fou, vingt et un atouts, quatre rois, quatre reines, quatre valets, quatre cavaliers et quarante points de l'as au dix.

Pour les fabriquer, les cartiers achetaient du très bon papier, imprimaient les figures avec des blocs de bois gravés et peignaient les couleurs avec des pochoirs. La France devint vite le plus gros fabriquant, exportant ses productions dans tous les pays alentour. Les couleurs actuelles sont nées sans doute du côté de Lyon. Paris n'est devenu un centre de fabrication important qu'au cours du XVIIIème siècle. Dès lors, ces cartiers vont dominer la production nationale. L'industrialisation va faire fondre leur nombre spectaculairement : de quelque 30 ateliers parisiens encore en 1830, ils n'étaient plus que quatre en 1900. Aujourd'hui, l'unique fabricant français est installé à côté de Nancy.

Ce fut un cartier français, Paul Grimaud (1819-1899), qui inventa les coins arrondis et métallisés, et qui rendit les cartes vraiment opaques en les composant de trois feuilles étroitement collées: le côté figure, ou par-devant, l'étresse, ou main-brune, formant la partie intermédiaire et le tarot, qui fait le dos. Ces améliorations furent adoptées dans le monde entier. Un autre important perfectionnement fut apporté par les cartiers anglais: les figures à deux têtes inversées. Certaines cartes, dites françaises, portent, pour les figures, les lettres K, Q et J, qui proviennent des mots anglais king («roi»), queen («reine») et jack («valet»).

Les bons sites pour jouer au Poker

Ce célèbre jeu de cartes est désormais disponible sur Internet grâce aux centaines de salles de poker en ligne et autres opérateurs de jeux présents sur la toile. Retrouvez un classement de bons sites de poker sur adpoker.