Le Skat

Pratiquement inconnu en France, sauf en Alsace, le plus populaire des jeux de cartes allemands le Skat a vu le jour dans la ville d'Altenburg au début du XIXe siècle. Les premières règles seraient dues à un cocher de cette ville, qui les aurait ramenées de ses voyages en Saxe et en Bohême. Il s'inspira des jeux de la « tête de mouton », de « l'hombre » et du tarot. Le terme « skat » était connu bien avant, et vient de l'italien « scartare », qui veut dire écarter.

Entre 1810 et 1817, ce jeu de cartes a commencé à se répandre. Les premières règles sur les enchères datent de 1817. Entre 1825 et 1830, le jeu envahit les universités de Leipzig et Iéna. Le premier congrès du Skat de 1886 instaura les règles officielles. Après la Deuxième Guerre mondiale, le jeu s'est développé différemment dans les deux Allemagnes.

Règles du Skat

Le Skat se joue à trois, avec un jeu de 32 cartes. Chaque joueur reçoit 10 cartes. Les deux cartes supplémentaires restent face cachée sur la table, constituant le Skat, qui a le même rôle que le chien au tarot.

Le jeu se déroule ensuite en deux phases : les enchères et le jeu de la carte. Le joueur qui emporte les enchères, que nous appellerons le déclarant, choisit le contrat qu'il désire jouer. S'il remplit son contrat, on lui ajoute des points, sinon, on lui en retire. Le gagnant d'une partie est celui qui a le plus de points.

Chaque joueur porte un nom pour un tour. Il y a le « Premier », à sa gauche le « Médian », et à sa droite le « Dernier », qui donne les cartes. Au tour suivant, le Premier devient le Dernier, le Médian, le Premier et le Dernier, le Médian.

Le donneur distribue les cartes dans le sens des aiguilles d'une montre. Il donne d'abord trois cartes à chacun, puis il pose sur la table, faces cachées, les deux cartes du Skat, ensuite, il donne les cartes par quatre, et enfin par trois.

Il y a trois types différents de jeu de la carte :

• le jeu à « la couleur », où le déclarant désigne une couleur d'atout.

Caractéristique très particulière de ce jeu, les atouts comportent les quatre valets, ainsi que les autres cartes d'une couleur choisie par le déclarant. Par ordre de force décroissante, les atouts sont : le V de ♣, le V de ♠, le V de ♥, le V de ♦, puis dans la couleur choisie, l'as, le 10, le roi, la dame, le 9, le 8 et le 7.

• le « grand jeu », où les seuls atouts sont les 4 valets, dans le même ordre que précédemment. L'ordre des cartes dans chaque couleur est : as, 10, roi, dame, 9, 8 et 7. A la « couleur » comme au « grand jeu », les valets sont des atouts et sont considérés comme n'ayant pas de couleur.

• le « jeu nul », qui consiste pour le déclarant à ne faire aucun pli. Dans ce cas, il n'y a pas d'atout et l'ordre des cartes est : as, roi, dame, valet, 10, 9, 8 et 7.

A la fin des enchères, le déclarant choisit l'un de ces trois types de jeu. Le Premier pose une carte sur la table. Chaque joueur est tenu de fournir, c'est-à-dire de mettre une carte de la couleur demandée. S'il n'a pas de la couleur demandée, il peut couper (si le jeu demandé comporte un atout), ou se défausser d'une carte. On n'est pas obligé de couper. On n'est pas obligé de monter à l'atout. La carte la plus forte ou l'atout le plus fort remporte le pli. Le joueur qui remporte le pli joue la première carte du pli suivant.

En fin de coup, à la « couleur » et pour le « grand jeu », le déclarant compte les points des cartes des plis qu'il a remportés, l'as valant 11 points, le dix 10 points, le roi 4 points, la dame 3 points, le valet 2 points, le 9, le 8 et le 7 ne comptant pas. Il y a donc au total 120 points dans le jeu. La valeur des cartes est donc la même qu'à la belote, à sans atout.

Pour faire son contrat, le déclarant doit marquer au moins 61 points, (sauf dans le cas du « jeu nul »). La finalité des enchères est de désigner le déclarant qui jouera contre les deux autres joueurs faisant équipe pour le coup considéré.

Une enchère consiste à annoncer un nombre de points, que nous appellerons « valeur d'enchère ». Cette valeur d'enchère est comprise entre 18 et 360, comme nous le verrons plus loin. Toute enchère nouvelle doit être supérieure à l'enchère précédente, le joueur pouvant prendre un risque à partir d'un certain seuil d'enchères.

Les enchères se déroulent en deux phases successives de compétition entre deux joueurs. Pendant la première phase, le Médian passe ou ouvre d'une certaine valeur d'enchère. Le Premier peut alors surenchérir. Le Médian peut surenchérir à nouveau... jusqu'à ce qu'un des deux emporte l'enchère.

Le vainqueur de cette première phase se tourne alors vers le Dernier, et un processus analogue de dialogue s'engage avec lui. A la fin de cette seconde phase, celui qui emporte les enchères devient le déclarant et va par conséquent jouer contre les deux autres joueurs, après avoir pris ou non le Skat, et selon le jeu choisi (à l'atout, au grand jeu ou jeu nul, avec mention éventuelle du niveau de gain dans le cas d'un jeu sans prise du Skat).

Règle importante, dans les phases d'enchères, le joueur qui a passé ne peut plus reparler.

Cette notion de valeur d'enchère est d'une grande originalité. Elle est le produit de deux termes : le « facteur d'enchère » et la « valeur de base ». Elle ne concerne que les jeux à l'atout ou le grand jeu.

Avant de faire une enchère, chaque joueur calcule rapidement sa valeur maximale d'enchère. Pour cela, il détermine l'atout qu'il souhaite choisir, la valeur de base étant de :

Jeu à la couleur :

♣ 12 points
♦ 11 points
♥ 10 points
♦ 9 points

Grand jeu : 24 points.

Grand jeu ouvert : 36 points.

Le grand jeu ouvert est identique au grand jeu, mais le déclarant s'engage à faire tous les plis et à jouer avec son jeu étalé sur la table. Le joueur calcule ensuite son « facteur d'enchère » qui est la somme du « niveau de gain » et des « points d'atout ».

Le déclarant peut choisir 3 niveaux de gain, selon qu'il espère faire en fin de partie :

• De 61 à 89 points : niveau simple.

• De 90 à 120 points : niveau moyen.

• Tous les plis : grand chelem.

Pour le calcul du « niveau de gain », il faut distinguer :

• les jeux avec prise du Skat, c'est-à-dire où le déclarant, après avoir remporté les enchères, mais avant d'avoir indiqué aux deux autres joueurs le contrat choisi, décide de prendre le Skat. Il doit alors écarter 2 cartes parmi les 12 qu'il a en main.

Dans cette catégorie :

- Le niveau simple vaut 1 point.
- Le niveau moyen vaut 2 points.
- Le grand chelem vaut 3 points.

les jeux sans prise du Skat.

On distingue, dans cette classe, les cas où le joueur annonce le niveau de gain qu'il espère obtenir, et les cas où il ne l'annonce pas. Dans cette catégorie :

- Le niveau simple vaut 2 points.
- Le niveau moyen non annoncé vaut 3 points.
- Le niveau moyen annoncé vaut 4 points.
- Le grand chelem non annoncé vaut 5 points.
- Le grand chelem annoncé vaut 6 points.
- Le grand chelem annoncé en jeu ouvert vaut 7 points.

Toutefois, pour le grand jeu annoncé en grand chelem, on ne compte que 6 points, même en jeu ouvert. Pour le calcul des points d'atout, les joueurs doivent comparer les atouts qu'ils possèdent à la série idéale des atouts, qui rappelons-le est la suivante : V de ♣, V de ♠, Vde ♥, V de ♦, As, Dix, Roi, Dame, 9, 8 et 7 dans la couleur d'atout choisie.

Dans le grand jeu, cette série ne comporte que les 4 valets. De deux choses l'une, ou le joueur possède le V de ♣, ou il ne le possède pas. S'il le possède, il calculera des « points d'atout pleins », sinon, il calculera des « points d'atout vides ». S'il a le V de ♣, il compte à partir de celui-ci tous les atouts consécutifs qu'il possède dans la série idéale, jusqu'à ce qu'il rencontre un « trou ». Le nombre obtenu représente les points d'atout pleins. Par exemple, le joueur possède les trois premiers valets, mais pas le quatrième. Les points d'atout sont égaux à 3.

Si le joueur n'a pas le V de ♣, il compte les cartes manquantes dans la série jusqu'à la première carte présente, et il obtient les points d'atout vides. Par exemple, il lui manque les 4 valets et l'As d'atout choisi. Ses points d'atout sont égaux à 5.

En résumé, le facteur d'enchère est égal à la somme du niveau de gain et des points d'atout, et la valeur d'enchères est égale au produit du facteur d'enchères par la valeur de base. Tout cela peut paraître compliqué. En fait, on se familiarise très rapidement avec ces notions.

Donnons quelques exemples de calcul de la valeur d'enchères.

Un joueur possède :

♣ : V, As, 10, R, D
♠ : V
♥ : V
♦ : V, 10, 8

En choisissant ♣ comme atout, ce jeu vaut 8 points d'atout pleins. On peut espérer faire 95 points à la marque (on perdra probablement un As, un 10 et un Roi, soit 25 points). En décidant de ne pas prendre le Skat et en annonçant « niveau moyen », le joueur a ainsi 4 points de niveau de gain. Le facteur d'enchère sera 8 + 4 = 12. La valeur de base des ♣ étant de 12, on obtient une valeur de jeu de 12 x 12 = 144 points. En remportant les enchères et en déclarant atout ♣, niveau moyen, cette main rapportera 144 points à la marque.

En jouant grand jeu, ce jeu vaut 4 points d'atout, plus 4 points de niveau de gain, ce qui fait un facteur d'enchère de 8. Mais la valeur de base du grand jeu est de 24 points, la valeur d'enchères est de 8 x 24 = 192 points.

Le joueur a donc intérêt à choisir le grand jeu, qui rapportera plus que l'atout ♣.

Voici un second exemple, le joueur relevant :

♣ :V
♠ : V, As, 10, R, D
♥ : As, 10
♦ : 9, 8

Ce jeu comporte deux points d'atout. Il permet d'envisager un niveau moyen, ce qui fait 4 pour le niveau de gain si on ne prend pas le Skat. Si on joue atout ♠, la valeur d'enchères est 6 x 11 = 66. Si on joue grand jeu, la valeur d'enchères est de : 6 x 24 = 144 points.

Le déclarant fait son contrat à deux conditions :

1. il a réalisé le niveau de gain annoncé. Cette condition n'est à remplir que dans le cas de jeu sans prise de Skat, où le joueur peut annoncer au préalable s'il demande niveau moyen ou grand chelem, ainsi que dans le cas d'une demande de jeu ouvert.

2. la valeur d'enchères, telle qu'elle est constatée à la fin du jeu par les deux autres joueurs, doit être supérieure à la valeur d'enchères annoncée par le déclarant. Pour établir cette valeur d'enchères, on tient compte des cartes du Skat, que le jeu ait été effectué avec ou sans prise des cartes de Skat. Cette dernière notion est importante, car les cartes du Skat sont attribuées au déclarant et peuvent modifier la valeur de son jeu. En effet, à la fin d'une donne, elles sont prises en compte pour le calcul des points d'atout effectifs du déclarant. Dans le cas où le joueur a des points d'atout pleins, le résultat ne peut être qu'un gain. Dans le cas où le joueur a des points d'atout vides, une des cartes du Skat peut être l'un des premiers atouts de la série idéale, ce qui diminue le facteur d'enchère, donc la valeur d'enchères.

Lorsque le joueur n'a pas pris le Skat, il peut se retrouver avec une enchère plus forte que sa valeur réelle d'enchères. Il sera donc pénalisé. Nous allons préciser cette notion en indiquant comment on calcule les gains et les pénalités. Lorsque la seconde condition est réalisée, on procède de la façon suivante.

La marque

Si le déclarant prend le Skat, les points marqués seront fonction, non de la valeur d'enchères annoncée, mais du résultat obtenu.

Supposons que le joueur ait 2 points d'atout (vides ou pleins), qu'il ait joué atout ♣ et pris le Skat. Quelle que soit son annonce :

1. S'il ne fait aucun pli, il marquera : (2 + 3) x 12 = 60 points de pénalité doublés, soit 120 points.
2. S'il fait entre 0 et 30 points, il marquera : (2 + 2) x 12 = 48 points de pénalité doublés, soit  96 points.
3. S'il fait entre 31 et 60 points, il marquera : (2 + 1) x 12 = 36 points de pénalité doublés, soit 72 points.
4. S'il fait entre 61 et 89 points (niveau simple), il marquera : (2 + 1) x 12 = 36 points.
5. S'il fait entre 90 et 120 points (niveau moyen), il marquera : (2 + 2) x 12 = 48 points.
6. S'il fait tous les plis (grand chelem), il marquera : (2 + 3) x 12 = 60 points.

Ainsi, les pénalités sont égales au niveau de gain multiplié par deux, ce niveau de gain étant calculé sur le résultat des adversaires, selon que ceux-ci obtiennent un niveau de point simple ou moyen, ou font grand chelem.

Si le déclarant ne prend pas le Skat, on distingue les cas où il annonce un niveau de gain et les cas où il ne le fait pas.

Avec deux points d'atout et jouant avec ♠ comme atout :

1. S'il annonce « grand chelem en jeu ouvert » et qu'il lui manque un pli (ou plus), le déclarant marquera : (2 + 7) x 11 =  99 points.
2. S'il annonce « grand chelem » et qu'il lui manque un pli, il marquera : (2 + 6) x 11 =  88 points.
3. S'il annonce « niveau moyen » et fait moins de 90 points, il marquera : (2 + 4) x 11 = 66 points.
4. S'il n'annonce rien et ne fait aucun pli, il marquera : (2 + 5) x 11 = 77 points.
5. S’il n'annonce rien et fait entre 0 et 30 points, il marquera : (2 + 3) x 11 = 55 points.
6. S'il n'annonce rien et fait entre 31 et 60 points, il marquera : (2 + 2) x 11 = 44 points.

Les différents gains sont calculés de la même façon, en points positifs. On constate qu'avec les jeux sans prise de Skat, les pénalités sont calculées sans facteur multiplicatif. Si le déclarant a fait une enchère supérieure à sa valeur d'enchère réelle, ou s'il se trouve dans cette situation par le fait du Skat, la pénalité est calculée comme dans l'exemple suivant.

Le joueur a un facteur d'enchère égal à 3 et joue atout ♠, ce qui fait une valeur de jeu réelle de 33 points.

S'il a annoncé 48, on prend le multiple de 11 (valeur de base des ♠) immédiatement supérieur à 48, soit ici 55.

Si le joueur a pris le Skat, il marquera 110 points.

S'il n'a pas pris le Skat, il marquera 55 points.

Les valeurs de jeu nul sont les suivantes :

- Avec prise de Skat : 23.
- Sans prise de Skat : 35.
- Ouvert avec prise de Skat : 46.
- Ouvert sans prise de Skat : 69.

Il est interdit de demander « jeu nul » après avoir fait une enchère supérieure à la valeur du type de jeu nul choisi.

Le « jeu nul » est le seul jeu où l'on peut jouer « ouvert » avec le Skat. Lorsque le déclarant ne réalise pas son contrat, les pénalités sont calculées comme suit :

- Jeu nul avec prise de Skat : 46.
- Jeu nul sans prise de Skat : 35.
- Jeu nul ouvert avec prise de Skat : 92.
- Jeu nul ouvert sans prise de Skat : 69.

Les enchères des joueurs doivent correspondre à des valeurs d'enchères possibles. On peut établir par simple calcul la liste des valeurs d'enchères, la plus petite étant de 18 : jeu simple avec prise de Skat, un point d'atout et atout ♦ , (1 + 1) x 9 = 18, la plus grande, de 360 : grand jeu ouvert avec 4 points d'atout : (4 + 6) x 36. La liste des premières valeurs est la suivante 18 20 22 23 24 27 30 33.